Jaron Lanier, A Prophet of Virtual Reality



Original Source Here

Jaron Lanier, A Prophet of Virtual Reality

JARON LANIER — DAWN OF THE NEW EVERYTHING, ENCOUNTERS WITH REALITY AND VIRTUAL REALITY — 2017

A very surprising book from an extremely surprising person, best known for his public appearances as a public speaker or lecturer, as a musician innovating all the time in styles and with new at times exotic instruments, and as one of the historic founders of Virtual Reality. The book then is a typical likeness of the author. It contains fifty-two definitions of Virtual Reality from page 3 to page 309. You can sort them out, but it will be hard for you to make any global sense of them all because every single one is dictated by its environment in the book and the book follows many tracks. Personal recollections of his childhood, youth, and life in general. The personal approach of cybernetics, informatics, computer science, coding, in the perspective of Virtual Reality. Personal reflections on Silicon Valley and other cybernetic sites, places, and locales where computers are not a simple tool to process a text or an image but a complex and complicated network of machines trying to create a virtual universe that would feel haptically real for a Persona in an Avatar that would discover a completely different and new experiential and existential feeling of life, a virtual life that would be even more powerful than real life, because of the Avatarization of his/her/their beings.

Jaron Lanier even goes into the philosophy and the ethics of cyberpunk cybernetics in cyberspace endowed with cyber rights and rejecting all cyber-derived ideologies like cyber-Darwinian effect or cyber-Marxist utopia. That leads him to refuse any extension of Darwinism, or Darwinian evolution from the field of biology to the field of machines on one hand, which means the refusal of the Kurzweilian utopian dystopia of the nanobotic hybridized human beings. In the same way, he refuses any implementation of Marxism in real life, on the other hand, and the negation of history in the utopian dystopia of communism as a rewriting of the Jewish and Christian Messianic Jerusalem.

He considers in chapter 11 that man is not dominant visual. He is totally wrong on one hand and absolutely right on the other. In real life, he is wrong. Human beings are first of all visual based on the auditory underlayer because when a child is born, he arrives in the real world with the registered memorial sound clusters that he is going to immediately associate with some people or items in the real-life he discovers because these clusters are the names of people around the mother, some words she used over and over again, and other people used around her. The referents of these clusters are the junction of a visual entity to an auditory memorized cluster of sounds. Of course, the child in the womb was floating in haptics, and only haptics till the 24the week of his gestation. But the 24th week is for the child a revolution, a new dimension, and birth at the end of nine months will bring a second revelation, eyesight. Haptics then remain fundamental, but as the foundation, the fundament, not as the most significant elements. Haptics have to be curbed, dominated, even censored in real life under an Authority that comes from various agencies around the newborn. By the age of 24 months, the child will be clean, will have been weaned for quite some time, will be regular, and thus ready to integrate society in which he will walk and which he will discover.

But yet Jaron Lanier is uppermostly right in considering that haptics are fundamental and absolutely dominant and crucial in Virtual Reality for the simple reason that in Virtual Reality the Authority the child has been confronted with since birth is pushed aside. The subject becomes a physical subject that the mind can take off like a garment, and the subject can put on a new Persona in a new Avatar. That means the Ego of the subject is side-tracked by the mind and replaced by a virtual Ego, the Ego of the Persona, and the Avatar. That means too the Phallus of the Ego of the subject is provided with some elements of the new Persona and Avatar, but it may also be reconstructed to correspond to the new Persona and the new Avatar. Hence the subject in Virtual Reality takes off his body, his Ego, and his Phallus, though he keeps his impulses, desires, instincts though he/she/they will curb term all to fit the new Persona and Avatar, then the subject will don a new phallus or Ideal of the Ego, and a new Ego. Imagine a 20-year-old man entering Virtual Reality as a 25-year-old woman entirely dominated by her sexual desires, and she will satisfy her hunger within a couple of days, and she will get pregnant and deliver a child nine months later. And all this female Persona in this female Avatar or body will experience all this sexual desire, pregnancy, and delivery as if it were real because in Virtual Reality everything is real that happens there.

But Jaron Lanier does not seem to take into account the great human invention that is called language. An invention going back 300,000 years when Homo Sapiens emerged from Homo Ergaster who had emerged from Homo Erectus in Black Africa. He does not take into account the acquisition and development of language by the newborn, starting in the 24th week of his/her/their mother’s pregnancy. The subject who gets into some Virtual Reality does not lose the ability to speak and communicate. He/she/they might push it down or aside to live more in their haptics, hence in their basically animal dimension, but the language remains in the mind of the subject and the subject projects it into the “mind” of the Persona and Avatar. But the subject is free, and he/she/they can modify the language into some kind of new language, cybernetic language, esoteric language, multilingual language, etc. but this language will remain human language, communicational language, no matter how much the subject will have distorted it to fit it to the new Persona and Avatar and the Virtual Reality environment, including the other Personae and Avatars he/she/they are going to meet.

irtual Reality then is a revolution in the psyche of the subject. If we follow Jacques Lacan in this field of the psychological and mental structure of the subject, we can see that the deepest and most animalistic tier of the subject, his impulses, instincts, desires, particularly those that have been repressed or dominated into some kind of normalcy, will have the opportunity to liberate what had been mastered because the Authority that mastered it is no longer there. Regressive, some will say, with a lot of transference and countertransference onto the entities the virtualized subject will encounter. The Ego tier of the subject is totally (at least in theory) pushed aside and replaced by a new Persona in a new Avatar. The “I” of real-life no longer is, and it has been replaced by an “I” in Virtual Reality? Welcome to this new “Ego” that, at once, sorts out the old phallus or Ideal of the Ego of the real subject to replace it, reconstruct it into a new Ideal of the Ego, a new Ideal of the New Ego of the Persona in the Avatar. No one here can predict what this Ideal of an Ego in this new Ego confronted to unforeseen and unforeseeable Personae in unforeseen and unforeseeable Avatars can be, will be, but we can be sure this new being will have to have reactions. The question to wonder how much of the real subject’s existential knowledge will survive in this new Persona-Avatar. Probably more than we can know, in varying proportions from one subject to the next because the Authority that controlled the real subject has disappeared and has been replaced by an existential and experiential new situation that carries in itself this Authority without which there is no life. The Virtual Authority is going to be dominated and determined by the environment, the various Personae that will meet in this environment, and their actions on the environment and among themselves, among one another.

Imagine a young subject entering such a Virtual Reality with the maximum command of Artificial Intelligence and 5G. He/she/they have no limits except their ability and competence to use these utmost cybernetic tools that give the virtual Persona-Avatar the power of believing and trying to be God Almighty, omniscient, etc. That’s where Jaron Lanier stops. He knows such Virtual Reality cybernetic technology could be used within the school system, within education but he does not even consider the possibility, at least with any serious intention to devise something in this domain (despite some episode in his real-life with Boeing, for example). He would have then discovered that another concept is necessary. The concept of synesthesia, meaning the centering of all senses not on haptics but on the couple eyesight-hearing that could be expanded to some touch (skin contact) and some feeling (soul-mind contact, empathy, and other feelings of the type). He rejects in half a sentence Marshall McLuhan he quotes three times and that deprives him of this fundamental concept of synesthesia. Our capture of the world — particularly the mediatic world captured on a screen, including the “screen” or Virtual Reality — is immediate, without any delay, and it involves our five corporeal senses more or less centered on the visual-auditory magnifying glass all of them informed and mapped onto the direct situation by the sixth sense of the Buddhists, the Mind. And that is where some education projects can be articulated onto this cybernetic, informatics, computer-scientific virtual universe that could be an extension of the real world and not a negation of it. How can we lead the twelve learners of a class in this virtual extension of the real world with the objective of enabling them to learn something they will be able to use in the real world to achieve some goal, scheme, project?

We have here to understand the world in which we could be trying to introduce the learners is threefold. First, it is action in this virtual world in order to improve our action in the real world. Second, language as a communicational tool constantly used during the Virtual Reality experience and of course before, to prepare the trip, preparation that would be better if collective, and after to exploit the trip’s results. Third, the subjects should be entering this Virtual Reality experience as if in the case of Lucid Dreaming. Dreaming to explore now vistas beyond our real limits and lucid to keep in mind we are supposed to bring something back from this Virtual Reality dream in order to improve our knowledge, our life, the life of our community by developing their knowledge from what we have discovered.

The book is crucial, but it is only one step in a never-ending staircase that gets invisible up in the sky of our objectives. Jaron Lanier remains a dreamer, a lucid dreamer definitely, but he does not seem to be willing or ready to implement Virtual Reality in Kindergartens, primary schools, middle schools, high schools, colleges, and universities, plus educational institution for adults who will need more education all along in their whole their lives, right to the end, at least right to the moment they may lose their consciousness and utilitarianistic dimension.

Dr. Jacques COULARDEAU

French Version

JARON LANIER — L’AUBE DU NOUVEAU TOUT, RENCONTRES AVEC LA RÉALITÉ ET LA RÉALITÉ VIRTUELLE — 2017

Un livre très surprenant d’une personne extrêmement surprenante, surtout connue pour ses apparitions publiques comme orateur ou conférencier, comme musicien innovant sans cesse en style et avec de nouveaux instruments parfois exotiques, et comme l’un des fondateurs historiques de la Réalité Virtuelle. Le livre est à vrai dire à l’image de l’auteur. Il contient cinquante-deux définitions de la Réalité Virtuelle de la page 3 à la page 309. Vous pouvez les trier, mais il vous sera difficile de leur donner un sens global car chacune d’elles est dictée par son environnement dans le livre et celui-ci suit de nombreuses pistes. Des souvenirs personnels de son enfance, de sa jeunesse et de sa vie en général. L’approche personnelle de la cybernétique, de l’informatique, des sciences de l’information, du codage, dans la perspective de la réalité virtuelle. Des réflexions personnelles sur la Silicon Valley et d’autres sites, endroits et lieux cybernétiques où les ordinateurs ne sont pas un simple outil pour traiter un texte ou une image, mais un réseau complexe et compliqué de machines qui tentent de créer un univers virtuel qui serait haptiquement réel pour une persona dans un avatar qui découvrirait un sentiment expérientiel et existentiel de la vie complètement différent et nouveau, une vie virtuelle qui serait encore plus puissante que la vie réelle, en raison de l’avatarisation de son/leur être.

Jaron Lanier aborde même la philosophie et l’éthique de la cybernétique cyberpunk dans un cyberespace doté de cyber-droits et rejetant toute idéologie cybernétique comme l’effet cyber-darwinien ou l’utopie cyber-marxiste. Cela l’amène à refuser toute extension du darwinisme, ou de l’évolution darwinienne du domaine de la biologie au domaine des machines d’une part, ce qui signifie le refus de la dystopie utopique kurzweilienne d’êtres humains hybridés nanobotiques. De la même manière, il refuse toute mise en œuvre du marxisme dans la vie réelle, d’autre part, et la négation de l’histoire dans la dystopie utopique du communisme comme réécriture de la Jérusalem messianique juive et chrétienne.

Il considère au chapitre 11 que l’homme n’est pas un visuel dominant. Il a totalement tort d’un côté et absolument raison de l’autre. Dans la vie réelle, il a tort. L’être humain est d’abord visuel sur la base de la sous-couche auditive parce que lorsqu’un enfant naît, il arrive dans le monde réel avec des clusters sonores mémorisés qu’il va immédiatement associer à des personnes ou à des objets de la vie réelle qu’il découvre parce que ces clusters sont les noms des personnes de l’entourage de la mère, certains mots qu’elle utilise sans cesse comme d’autres personnes qui l’entourent. Les référents de ces clusters sont la jonction d’une entité visuelle à un cluster auditif de sons mémorisés. Bien sûr, l’enfant dans le ventre de sa mère flottait dans l’haptique, et seulement l’haptique jusqu’à la 24ème semaine de sa gestation. Mais la 24ème semaine est pour l’enfant une révolution, une nouvelle dimension, et la naissance au bout de neuf mois apportera une seconde révélation, la vue. L’haptique reste donc fondamentale, mais comme la base, le fondement, et non comme l’élément le plus significatif. L’haptique doit être bridée, dominée, voire censurée dans la vie réelle sous une Autorité qui provient de divers organismes autour du nouveau-né. A l’âge de 24 mois, l’enfant sera propre, aura été sevré depuis un certain temps, sera régulier, et donc prêt à intégrer la société dans laquelle il va marcher et qu’il va découvrir.

Mais pourtant, Jaron Lanier a tout à fait raison de considérer que l’haptique est fondamentale et absolument dominante et cruciale dans la Réalité Virtuelle pour la simple raison que dans la Réalité Virtuelle l’Autorité à laquelle l’enfant est confronté depuis sa naissance est mise de côté. Le sujet devient un sujet physique que l’esprit peut enlever comme un vêtement, et le sujet peut revêtir une nouvelle Persona dans un nouvel Avatar. Cela signifie que l’Ego du sujet est mis de côté par le mental et remplacé par un Ego virtuel, l’Ego de la Persona et de l’Avatar. Cela signifie aussi que le Phallus de l’Ego du sujet est doté de certains éléments de la nouvelle Persona et de l’Avatar, mais qu’il peut aussi être reconstruit pour correspondre à la nouvelle Persona et au nouvel Avatar. Ainsi, dans la réalité virtuelle, le sujet se débarrasse de son corps, de son Ego et de son phallus, mais il conserve ses pulsions, ses désirs et ses instincts, même s’il les modifie pour les adapter à la nouvelle Persona et au nouvel Avatar, puis il revêt un nouveau phallus ou Idéal du Moi et un nouvel Ego. Imaginez un homme de 20 ans entrant dans la réalité virtuelle sous la forme d’une femme de 25 ans entièrement dominée par ses désirs sexuels, et elle assouvira sa faim en quelques jours, et elle tombera enceinte et mettra au monde un enfant neuf mois plus tard. Et toute cette Persona féminine dans cet Avatar ou corps féminin feront l’expérience de tout ce désir sexuel, de la grossesse et de l’accouchement comme si c’était réel, car dans la Réalité Virtuelle tout ce qui s’y passe est réel.

Mais Jaron Lanier ne semble pas tenir compte de la grande invention humaine qu’est le langage. Une invention qui remonte à 300 000 ans lorsque Homo Sapiens a émergé d’Homo Ergaster qui avait émergé d’Homo Erectus en Afrique noire. Il ne tient pas compte de l’acquisition et du développement du langage par le nouveau-né, à partir de la 24ème semaine de grossesse de sa mère. Le sujet qui entre dans une réalité virtuelle ne perd pas la capacité de parler et de communiquer. Il peut la repousser ou l’écarter pour vivre davantage dans sa dimension haptique, donc essentiellement animale, mais le langage reste dans l’esprit du sujet et celui-ci le projette dans l’”esprit” de la Persona et de l’Avatar. Mais le sujet est libre, et il peut modifier le langage pour en faire une sorte de nouveau langage, un langage cybernétique, un langage ésotérique, un langage multilingue, etc. mais ce langage restera un langage humain, un langage de communication, quelle que soit la façon dont le sujet l’aura déformé pour l’adapter à la nouvelle Persona et à l’Avatar et à l’environnement de la réalité virtuelle, y compris aux autres Personae et Avatars qu’il va rencontrer.

La réalité virtuelle est donc une révolution dans le psychisme du sujet. Si nous suivons Jacques Lacan dans ce domaine de la structure psychologique et mentale du sujet, nous pouvons voir que le niveau le plus profond et le plus animal du sujet, ses pulsions, ses instincts, ses désirs, en particulier ceux qui ont été réprimés ou dominés dans une sorte de normalité, auront l’occasion de libérer ce qui avait été maîtrisé parce que l’Autorité qui le maîtrisait n’est plus là. Régressif, diront certains, avec beaucoup de transfert et de contre-transfert sur les entités que le sujet virtualisé va rencontrer. Le niveau Ego du sujet est totalement (du moins en théorie) mis de côté et remplacé par une nouvelle Persona dans un nouvel Avatar. Le “je” de la vie réelle n’existe plus, et il a été remplacé par un “je” dans la réalité virtuelle. Bienvenue dans ce nouveau “Moi” qui, d’emblée, trie l’ancien phallus ou Idéal du Moi du sujet réel pour le remplacer, le reconstruire en un nouvel Idéal du Moi, un nouvel Idéal du Nouveau Moi de la Persona dans l’Avatar. Personne ici ne peut prédire ce que peut être, sera cet Idéal du Moi dans ce nouveau Moi confronté à des Personae imprévues et imprévisibles dans des Avatars imprévus et imprévisibles, mais on peut être sûr que ce nouvel être devra avoir des réactions. La question à se poser est de savoir quelle part de la connaissance existentielle du sujet réel survivra dans cette nouvelle Persona-Avatar. Probablement plus que nous ne pouvons le savoir, dans des proportions variables d’un sujet à l’autre car l’Autorité qui contrôlait le sujet réel a disparu et a été remplacée par une nouvelle situation existentielle et expérientielle qui porte en elle cette Autorité sans laquelle il n’y a pas de vie. L’Autorité virtuelle va être dominée et déterminée par l’environnement, les différentes Personae qui vont se rencontrer dans cet environnement, et leurs actions sur l’environnement et entre elles.

Imaginez un jeune sujet entrant dans une telle réalité virtuelle avec la maîtrise maximale de l’intelligence artificielle et de la 5G. Il n’a aucune limite, si ce n’est sa capacité et sa compétence à utiliser ces outils cybernétiques de pointe qui donnent à la Persona-Avatar virtuelle le pouvoir de croire et d’essayer d’être Dieu tout-puissant, omniscient, etc. C’est là que Jaron Lanier s’arrête. Il sait qu’une telle technologie cybernétique de réalité virtuelle pourrait être utilisée dans le système scolaire, dans l’éducation, mais il n’en envisage même pas la possibilité, du moins avec une intention sérieuse de concevoir quelque chose dans ce domaine (malgré un épisode dans sa vie réelle avec Boeing, par exemple). Il aurait alors découvert qu’un autre concept est nécessaire. Le concept de synesthésie, c’est-à-dire le fait de centrer tous les sens non pas sur l’haptique mais sur le couple vue-audio qui pourrait être élargi à un certain toucher (contact avec la peau) et à un certain sentiment (contact âme-esprit, empathie et autres sentiments de ce type). Il rejette en une demi-phrase Marshall McLuhan qu’il cite trois fois ce qui le prive de ce concept fondamental de synesthésie. Notre capture du monde — en particulier du monde médiatique capturé sur un écran, y compris l’”écran” de la Réalité Virtuelle — est immédiate, sans aucun délai, et elle fait intervenir nos cinq sens corporels plus ou moins centrés sur la loupe visuelle-auditive, tous informés et répartis sur la situation directe par le sixième sens des bouddhistes, l’Esprit. Et c’est là que certains projets éducatifs peuvent s’articuler sur cet univers virtuel cybernétique, informatique, informatisé, qui pourrait être une extension du monde réel et non sa négation. Comment conduire les douze apprenants d’une classe dans cette extension virtuelle du monde réel avec l’objectif de leur permettre d’apprendre quelque chose qu’ils pourront utiliser dans le monde réel pour réaliser un objectif, un projet, une action ?

Nous devons ici comprendre que le monde dans lequel nous pourrions essayer d’introduire les apprenants est triple. Premièrement, il s’agit d’agir dans ce monde virtuel afin d’améliorer notre action dans le monde réel. Deuxièmement, la langue comme outil de communication constamment utilisé pendant l’expérience de réalité virtuelle et bien sûr avant, pour préparer le voyage, préparation qui est meilleure si elle est collective, et après pour exploiter les résultats du voyage. Troisièmement, les sujets doivent entrer dans cette expérience de réalité virtuelle comme dans le cas d’un rêve lucide. Rêve d’abord pour explorer des horizons au-delà de nos limites réelles, et lucide pour garder à l’esprit que nous sommes censés rapporter quelque chose de ce rêve de Réalité Virtuelle afin d’améliorer nos connaissances, notre vie, la vie de notre communauté en développant leurs connaissances à partir de ce que nous avons découvert.

Le livre est crucial, mais il n’est qu’une marche dans un escalier sans fin qui devient invisible dans le ciel de nos objectifs. Jaron Lanier reste un rêveur, un rêveur lucide certes, mais il ne semble pas vouloir ou être prêt à mettre en place la Réalité Virtuelle dans les écoles maternelles, primaires, les collèges, les lycées, les universités et les établissements d’enseignement pour adultes qui auront besoin de plus d’éducation tout au long de leur vie, jusqu’à la fin, du moins jusqu’au moment où ils risquent de perdre leur conscience et leur dimension utilitaire.

Dr Jacques COULARDEAU

JARON LANIER — YOU ARE NOT A GADGET : A MANIFESTO — 2011 — Reviewed in the United States on February 12, 2013

“INESTIMABLE ET INÉVITABLE SUR L’INTELLIGENCE MANQUÉE DES MACHINES,” Amazon.fr

“LANIER HAS TO RECONSIDER HIS VISION OF LANGUAGE,” Amazon.co.uk

“WEAK ON LANGUAGE,” Amazon.com

This book is small by its size, but it is enormous by the subject it discusses. He starts in an extremely positive way by saying: “Technologies are extensions of ourselves.” (p. 4) We could then believe he was going to follow Marshall McLuhan in his tracks since the latter was the inventor of this idea in many books covering a full history of human technology and how each step of it was a new extension of one new sense or one new physiological, sensorial, or mental ability of man. We could have expected Jaron Lanier was going to show how the “cloud” or “web 2.0” were extensions of ourselves, of our central nervous system for example, of our brain maybe, or our mind.

But Jaron Lanier does not even refer to Marshall McLuhan. And he does not follow that track.

He targets two types of Technologists he identifies as “cybernetic totalists” and “digital Maoists.” This community is qualified by what they advocate or represent. First of all, they are the open culture community, those people who consider everything has to be on the Internet and everything on the Internet has to be free of access, economically free hence everyone can get it for nothing, and what’s more everyone can do what they want with what they find and appropriate freely. Jaron Lanier calls that mashups. These people believe in Creative Commons, a license that is no license at all, a license that authorizes anyone who wants to use something for a non-commercial production to do it without in anyway contacting the initial proprietor and without leaving any tracks behind. The appropriated “goods” are thus used in all possible ways without anyone knowing really who is responsible for the final product or products thus produced, the afore-mentioned mashups. Their mascot software is Linux, which is nothing, but the old command-line software known as UNIX wrapped up in a Graphical User’s Interface to make it user-friendly. They are the people of the Artificial Intelligence lobby that pretends that they can, or will soon be able to, simulate human intelligence and the machine they will use to simulate that intelligence will be intelligent, just as if a plane, since it can fly, were a bird. They are the full proponents of web 2.0, this version of the web that enables the circulation of all kinds of products, freely and easily, with the development on top of it of social networks. And finally, they are characterized by the fact that they want to share and mashup files that have no context, meaning they cannot be attached to anyone or anything that could claim some propriety right on the file. They are called anti-context file sharers and remashers.

Jaron Lanier takes a strong stance against these people but not in the name of the technology they propose or advocate, but in the name of the deep consequences of these technologies. The whole book is dedicated to that exploration. But he defines his objective as soon as page 19 when he explains the five reasons why all this is important, all that amounting to “people defining themselves downward.”

1- “Emphasizing the crowd means deemphasizing the individual in the design of society, and when you ask people not to be people, they revert to bad moblike behaviors. This leads to not only empowered trolls but to a generally unfriendly and unconstructive online world.”

2- “Finance was transformed by computing clouds. Success in finance became increasingly about manipulating the cloud at the expense of sound financial principles.”

3- “There are proposals to transform the conduct if science along similar lines. Scientists would then understand less of what they do.”

4- “Pop culture has entered into a nostalgic malaise. Online culture is dominated by trivial mashups of the culture that existed before the onset of mashups, and by fandom responding to the dwindling outposts of centralized mass media. It is a culture of reaction without action.”

5- “Spirituality is committing suicide. Consciousness is attempting to will itself out of existence.”

The diagnosis is severe, and the book is trying to suggest solutions.

His first question then is about how this cloud or web 2.0 technology is changing people. It develops in them a crowd mentality, what he calls a “hive mind” or “noosphere.” The reference to “noosphere” is never exploited, but the term “hive mind” is vastly exploited and developed into “hive mind thinking,” “hive thinking” and other expressions of this type. It is a metaphor, and he may not be responsible for it since it is an old metaphor. But using it for the mentality of the people blindly using web 2.0 and cloud technology is warping the metaphor out of any meaning but excludes the only proper meaning of a herd stampeding wildly across the virtual sky of the Cloud. A hive is a social organization with a very clear and rather rigid hierarchy, with each member having to do one task everyday, each category of members having one special task to perform, including the queen who has to feed in order to lay eggs. The hive produces several products that are highly sophisticated all transformed from collected pollens: honey, wax, royal jelly, propolis, and many others. They take care of the hive and keep it in perfect shape: any mishap endangers the whole colony or swarm. There is nothing of the sort in the cloud, on the Internet on web 2.0. What’s more bees have a language that enables one to tell the others where she has found a good field of flowers. This language is a highly symbolic sign and dance language based on extremely objective elements like the sun, angular orientation to the sun, distances, etc. No one has studied what happens to a bee who could not accurately give that kind of information, or who would endanger the hive and the swarm by reckless actions. That kind of social organization of the survival project of a beehive requires some kind of regulatory authority to take care of trespassers. Hackers are not welcome.

This metaphor is bad, and it would have been well advised to use another one like herd psychology or crowd psychology. In fact, he could have even been ironical with an expression like Panurge’s sheep borrowed from Rabelais’s Pantagruel, himself borrowing it from antiquity, Panurge meaning in Greek “he who can do everything”.

Beyond that Jaron Lanier insists on the reductionism of this cloud ideology. It forces to anonymity and pseudonymity, both practices that reduce simple personal humanity. He points out how this ideology, this technology produces a complete contradiction that they assume: “It’s the people who make the forum, not the software. Without the software the experience would not exist at all.” (p. 72) The forum is then illusionary. He says the software is “flawed.” The point is that everyone knows it is flawed in its very principle of requiring in the form of an encouragement and an incitation to use personae and avatars instead of real identity and pictures, and then everyone makes do with this software, with this technology. And yet Jaron Lanier is not entirely clear since he advises not to concentrate on the software because then you forget the person behind or the person in the user of the software. If the software is bad, it has to be gotten rid of. But we have to wonder if this anonymity and pseudonymity is not in a way a positive element. Not for security of course, since the IP of a computer can be traced within seconds by any let’s say “security authority” not to speak of hackers and spywares. Some people complain that the Internet enables anyone to say anything without any control. Then what’s the problem? The Internet does not aim at only telling the truth, and what is the truth? Something decided by Parliament or Congress or the United Nations? Some people consider we are not dealing with real people since they are hiding behind avatars. And then what! Deal with the ideas expressed by these avatars, if they express ideas, otherwise forget them. Jaron Lanier seems to believe that this crowd psychology was invented by the Internet and web 2.0. That is certainly not true. We all know “bread and circuses” events in all societies in all historical periods including some war episodes to satisfy public opinion and popular demand. Some of these mass events could be very grim like hanging and drawing and quartering people in England, frying homosexuals in oil in France, impaling people in other countries, and still beheading people with swords like in Saudi Arabia still.

He is right when he says Cybernetic totalism has failed spiritually by fetishizing objects and objectizing people; behaviorally by undervaluing individuals and overvaluing the crowd; and economically by endangering the economy of all types of expression (music, videos, photography, text, etc.) and by permitting highly risky financial schemes that could not be devised before. This cloud reduces the creativity of individuals by erasing any circumstantial, existential, experiential real data from Internet products. Real creativity can only come from a circumstantial, existential, experiential real environment of one real individual who invests all that environment in his creativity and in his creation. If the Internet and web 2.0 succeed in that line, how long can the world live without creativity? Yet I will express some reserve on this extreme vision. Real creative people are produced by their circumstantial, existential, experiential context. The Internet and the Cloud can be part of this context but cannot erase it. Mozart would always have been Mozart even if he hadn’t died in poverty: he would still have been composing on his death bed, I guess. The new point is that all those whose creativity is very limited can today “create” and broadcast their “creations” thus producing a tremendous inflation on the cultural or musical market. But even if that may harm many professional creators of value, these have to find ways to protect their work and to guarantee their survival. That’s called union action. I believe that the proportion of creative artists is not going to go down because of this technology. Plays in theaters, concerts in concert halls, films in cinemas, but also the DVDs of these live shows are multiplying their audiences, direct live audience as well as indirect audience at a distance in space and time. A full reform of the management of the Internet is to be thought through and brought about but there is no reason to believe creativity is going to be drowned by the mediocre flock bleating of the herded crowd of the newly Internet-empowered people.

Jaron Lanier is conscious of this dimension, and he proposes a humanistic approach of this Cloud technology. The main suggestion is to make all products freely reachable on the Internet, but the user would not pay a flat rate but a rate in proportion with the quantity of bits that user would have reached no matter what, including the pictures of his/her sweetheart/boyfriend. On the other hand, that user would get a payment for all the bits of his/hers that have been reached by other people, including from his/her sweetheart/boyfriend. This suggestion should be taken seriously because then the circulation of bits on the Internet would become a market and that would bring quality at the top. Though we must not forget that before the Internet and that will be eternal all that reaches the broadcasting public sphere is not necessarily good and all that is good does not necessarily reach the broadcasting public sphere. Thousands of good books have never been published and thousands of good Mozarts have never been able to perform or become publicly known. Jaron Lanier’s approach though requires some reflection on how a creative work is produced, by whom, at what and which and whose cost, how that creative production can be encouraged? Subsidize it, encourage the profitable broadcasting of it, create events where creators can confront themselves with others and with an audience, including critics, and many other solutions have to be found. Personally, I am quite more afraid of the weight of norms, standards and traditions in professional fields than of the competition from the herd’s mooing and dooking.

He insists on another effect of computational technology on any knowledge or let’s say semantic data. It grinds it down into small items in order to digitalize them. It standardizes the basic units: computationalized music notes do not contain any fuzzy variation; they are pure, but no instrument played by any musician will ever produce pure notes. Considering the meaning of anything comes from the variations this anything contains, a dog being seen differently by any single person thinking of a dog, this systematic purification and simplification of every item processed digitally produces an enormous loss of meaning. Imagine the 25 or so ways Eskimos have to speak of the snow and Egyptians, or Arabs have to speak of the sand or the sun. This grinding of everything down into some bit-powder destroys the architecture of the original object and its inner hierarchy: it aims at simulating a phenomenon or an object, but a beautiful picture of a rose does not smell like a rose: it does not prick either. What’s more all the particular environment attached to that item by the person who carries it is erased and lost.

That’s when Jaron Lanier tries to cope with language and bring it back into his conception of computationalism. He is no linguist, and he refers to people who are no linguists. To come to his own version, he has to reject other approaches. First of all, Ray Kurzweil’s Singularity as becoming a newly invented secular religion:

“Those who ,enter into the theater of computationalism are given all the mental solace that is usually associated with traditional religions. These include consolations for metaphysical yearnings, in the form of the race to climb to ever more “meta” or higher-level states of digital representations, and even a colorful eschatology, in the form of the Singularity. And indeed, through the Singularity a hope of an afterlife is available to the most fervent believers.” (p. 178)

He rejects in the same way the approach that considers the inner thing is the same thing as the outer thing that supports that a computer with specialized features is similar to a person, hence is a person. He rejects of course the Turing approach since it is basically a very similar attempt: a machine that cannot be differentiated from a human person in its and his/her reactions is as intelligent as that human person, hence is a human person.

It’s when he suggests a realistic approach of computationalim that he gets lost into language.

He starts with Jim Bower and tries to compare olfaction with language. He asserts that both work “from entries in a catalog not from infinitely morphable patterns” (p. 165). He contradicts this assertion for language page 167: “Only a handful of species, including humans and certain birds, can make a huge and ever-changing variety of sounds.” Of Course, he speaks of sounds, and before, he spoke of words. That’s just the point. The words have been phylogenetically produced from sounds. He misses the articulations of language. He contradicts his first assertion again page 190: “We can make a wide variety of weird noises through our mouths, spontaneously and as fast as we think. That’s why we are able to use language.” He does not wonder why we can do that: what physiological particularity enables us to do it?

He continues his parallel with olfaction and says: “the grammar of language is primarily a way of fitting those dictionary words into a larger context. Perhaps the grammar of language is rooted in the grammar of smells.” (p. 165) This is a non-cautious assertion about linguistic syntax. It negates the various articulations that build the hierarchy of language. Language can’t really be compared with smells. Once again, the grammar of language is an invention of man and has been produced from scratch by a long and complex phylogenic process from simple isolated sounds to complex discourses.

To crown it all he compares the Tourette syndrome in which a man or woman uncontrollably produces all kinds of swear words to the “pheronomic system [that] detects very specific strong odors given off by other animals (usually of the same species) typically related to fear and mating.” (p. 165) First consider the fact that all mammals produce the same hormone for fear, which explains that in the wild a man’s fear can be detected by other mammals which will get on the offensive because an animal who is afraid attacks, and since the man here is detected as being afraid hence as going to attack, the best defense is to attack, so the wild animal will attack. Anyone who has some practice of some jungle knows that. Never be afraid in such a situation if you want to have one chance to survive. Then I can’t see how he can compare these pheromonic smells, their detection, and the reactions a mammal may have to them to swear words. A Tourette patient cannot use swear words he/she has not heard first, learned second, memorized third. Swear words are not instinctive.

At that point we have to say Jaron Lanier is completely off the point concerning language. He does not take into account the phylogeny of language experienced by Homo Sapiens in concrete conditions; he does not consider the psychogenesis of language experienced by a child learning it in concrete conditions. He does not know about the hierarchical articulations of language and the immense variations from one family of languages to the next, and within each family of languages. Finally, he does not know about the distinction between “langue” which represents the infinite expressive potential carried by language and “discourse” which is the concrete realization of one expression of one meaning in real conditions.

And yet he is brandishing the essential concept to approach these problems: neoteny, the fact that human children are born extremely immature, premature, dependent for a long period of several years. That would have given to all his other arguments a power they do not have. Yet he concludes properly not as the final conclusion of the whole book but as the conclusive deduction of the final concept of neoteny brought up at the end of the book.

Moore’s law (the exponential development rate of hardware) will have to accept to be slowed down or even blocked by the very slow development rate of software, the fact that neoteny has a conservative effect since the younger generation are forced into an ever longer period of training that reproduces and ossifies previous knowledge and know-how. Cultural neoteny is even more drastic since it leads to Bachelard’s Poetics of Reverie, vastly overused here since Bachelard is from a period when these modern techniques did not exist, when life expectancy was very limited and when education was only for an elite, but the general idea is correct: “The good includes a numinous imagination, unbounded hope, innocence and sweetness.” (p. 183) But on the other side childhood can also produce what Jaron Lanier identifies as William Golding’s Lord of the Flies: “The bad is more obvious, and includes bullying, voracious irritability, and selfishness.” (p. 183) His conclusion is realistic for once: “The net provides copious examples of both aspects of neoteny.” (p. 183) This constant dichotomy, and in fact we should see more than two sides, on the Internet is the possibility for the Internet to be the place where various approaches will be confronted, confronting one another, hence will be a marketplace of some sort, the marketplace of global communication.

If he is right about childhood and youth, we better start thinking of education and start integrating the internet and the Cloud in our systematic education efforts not to moralize, not to demonize, not to advocate the Internet but to teach children how to use it to their own advantage along their own motivations, not the teachers’. He sure is right when he says: “Our secret weapon is childhood.” (p. 188) Why the heck did he not start from there and consider the phylogeny of Homo Sapiens and the psychogenesis of all children.

I will overlook his “Post Symbolic communication.” Homo Sapiens started on his/her track to humanity by developing his symbolic power and among other things by using it to invent language from his multiple sounds through a simple process of discriminating items, identifying them including with names and classifying them into concepts and conceptual classes. Homo Sapiens could only recognize one item when he had already encountered it, discriminated it, identified it and classified it, otherwise Homo Sapiens had to start all over again for the item he did not know.

If by any chance Homo Sapiens moved beyond that symbolic power and lost it he/she would lose everything, including all his/her knowledge that was constructed with language. If Jaron Lanier wants to mean that man is going to reach a higher level of symbolic power, I would entirely agree. The machines developed today by the scientific and technical elite of the world are going to be used by everyone as soon as they are born, and even before their birth, which will increase their intelligence tremendously. The increased intelligence of the global population will also mean an increased intelligence of the elite of the world. The elite only reflects the level of their surrounding masses.

But Jaron Lanier forgets that Homo Sapiens is still an animal species going through mutations. The point is that there is no natural selection among humans anymore. All those who are different are treated as handicapped or dangerous and they are kept aside or away. It is high time we start changing our vision and consider the potential of those who are different. Autistic children with the Asperger syndrome for example seem to have great possibilities, among other things in languages. Daniel Tammet is one example of a successful Asperger Savant in foreign languages. It is urgent to consider that Childhood is our secret weapon and to really make an effort to screen these new different people and help them find out their real capabilities and develop them to the best level possible. Right now, we might be rejecting the people who represent the future of our species, not the destroyers of it, those who will bring our intellect and intelligence to a higher ever point and will event even better machines to serve humanity.

Dr. Jacques COULARDEAU

French Version

JARON LANIER — TU N’ES PAS UN GADGET : UN MANIFESTO — 2011 — Chroniqué aux Etats-Unis le 12 février 2013

« INESTIMABLE ET INÉVITABLE SUR L’INTELLIGENCE MANQUÉE DES MACHINES », Amazon.fr

« LANIER DOIT RECONNAÎTRE SA VISION DU LANGAGE », Amazon.co.uk

« FAIBLE EN LANGUE », Amazon.com

Ce livre est petit par sa taille mais il est énorme par le sujet qu’il aborde. Il commence de manière extrêmement positive en disant : “Les technologies sont des extensions de nous-mêmes.” (p. 4) On pouvait alors croire qu’il allait suivre les traces de Marshall McLuhan puisque ce dernier a été l’inventeur de cette idée dans de nombreux livres couvrant une histoire complète de la technologie humaine et comment chaque étape de celle-ci était une nouvelle extension d’un nouveau sens ou d’une nouvelle capacité physiologique, sensorielle ou mentale de l’homme. On aurait pu s’attendre à ce que Jaron Lanier montre comment le “nuage” ou le “web 2.0” étaient des extensions de nous-mêmes, de notre système nerveux central par exemple, de notre cerveau peut-être, ou de notre esprit mental.

Mais Jaron Lanier ne fait même pas référence à Marshall McLuhan. Et il ne suit pas cette piste.

Il vise deux types de technologues qu’il identifie comme des “totalitaires cybernétiques” et des “maoïstes numériques”. Cette communauté est qualifiée par ce qu’elle prône ou représente. Il s’agit tout d’abord de la communauté de la culture ouverte, ces gens qui considèrent que tout doit être sur Internet et que tout ce qui s’y trouve doit être libre d’accès, économiquement libre, c’est-à-dire que tout le monde peut l’obtenir pour rien, et qui plus est, tout le monde peut faire ce qu’il veut de ce qu’il trouve et se l’approprier librement. Jaron Lanier appelle cela des « mashups ». Ces personnes croient en Creative Commons, une licence qui n’est pas une licence du tout, une licence qui autorise quiconque veut utiliser quelque chose pour une production non commerciale à le faire sans contacter le propriétaire initial et sans laisser de traces. Les « biens » ainsi appropriés sont utilisés de toutes les manières possibles sans que l’on sache vraiment qui est responsable du ou des produits finaux ainsi réalisés, les « mashups » susmentionnés. Leur logiciel mascotte est Linux, qui n’est rien d’autre que le vieux logiciel de ligne de commande connu sous le nom d’UNIX, enveloppé dans une interface graphique pour le rendre convivial. Ce sont les gens du lobby de l’intelligence artificielle qui prétendent qu’ils peuvent, ou pourront bientôt, simuler l’intelligence humaine et que la machine qu’ils utiliseront pour simuler cette intelligence sera intelligente, tout comme si un avion, puisqu’il peut voler, était un oiseau. Ils sont les partisans à part entière du web 2.0, cette version du web qui permet la circulation de toutes sortes de produits, librement et facilement, avec le développement par-dessus des réseaux sociaux. Et enfin, ils se caractérisent par le fait qu’ils veulent partager et « mashup-per » des fichiers qui n’ont pas de contexte, c’est-à-dire qui ne peuvent pas être attachés à quelqu’un ou quelque chose qui pourrait revendiquer un droit de propriété sur le fichier. On les appelle les partageurs et « re-mashup-peurs » de fichiers anti-contexte.

Jaron Lanier prend fermement position contre ces personnes, mais pas au nom de la technologie qu’elles proposent ou défendent, mais au nom des conséquences profondes de ces technologies. Le livre entier est consacré à cette exploration. Mais il définit son objectif dès la page 19, lorsqu’il explique les cinq raisons pour lesquelles tout cela est important, tout cela revenant à ce que « les gens se définissent vers le bas ».

1- « Mettre l’accent sur la foule signifie dévaloriser l’individu dans la conception de la société, et lorsque vous demandez aux gens de ne pas être des personnes, ils reviennent à de mauvais comportements de foule. Cela conduit non seulement à des trolls habilités, mais aussi à un monde en ligne généralement inamical et peu constructif. »

2- « La finance a été transformée par les nuages informatiques. Le succès dans la finance est devenu de plus en plus une question de manipulation du nuage au détriment de principes financiers solides. »

3- « Il existe des propositions visant à transformer la conduite de la science selon des principes similaires. Les scientifiques comprendraient alors moins ce qu’ils font. »

4- « La culture populaire est entrée dans un malaise nostalgique. La culture en ligne est dominée par des mashups triviaux de la culture qui existait avant l’apparition des mashups, et par le paradis des « fans du plagiat imitateur » répondant aux avant-postes en déclin des médias de masse centralisés. C’est une culture de réaction sans action. »

5- « La spiritualité se suicide. La conscience tente de s’éteindre par ses propres soins. »

Le diagnostic est sévère et le livre tente de proposer des solutions.

Sa première question est donc de savoir comment cette technologie du nuage ou du web 2.0 change les gens. Elle développe chez eux une mentalité de foule, ce qu’il appelle un « esprit de ruche » ou « noosphère ». La référence à la « noosphère » n’est jamais exploitée, mais le terme « esprit de ruche » est largement exploité et développé en « grégarité de ruche », « pensée de ruche » et autres expressions de ce type. C’est une métaphore et il n’en est peut-être pas responsable puisqu’il s’agit d’une vieille métaphore. Mais l’utiliser pour décrire la mentalité des personnes qui utilisent aveuglément le web 2.0 et la technologie du nuage, c’est déformer la métaphore et lui ôter toute signification, tout en excluant la seule signification correcte d’un troupeau se ruant sauvagement dans le ciel virtuel totalement envahi d’un nuage invisible. Une ruche est une organisation sociale dotée d’une hiérarchie très claire et plutôt rigide, chaque membre devant accomplir une tâche quotidienne, chaque catégorie de membres ayant une tâche particulière à accomplir, y compris la reine qui doit se nourrir pour pouvoir pondre des œufs. La ruche produit plusieurs produits très sophistiqués tous transformés à partir des pollens récoltés : miel, cire, gelée royale, propolis, et bien d’autres. Les abeilles prennent soin de la ruche et la maintiennent en parfait état : toute anomalie met en danger toute la colonie ou l’essaim. Il n’y a rien de tel dans le nuage, sur l’internet ou le web 2.0. De plus, les abeilles ont un langage qui leur permet de dire aux autres où elles ont trouvé un bon champ de fleurs. Ce langage est un langage de signes et de danse hautement symbolique basé sur des éléments extrêmement objectifs comme le soleil, l’orientation angulaire par rapport au soleil, les distances, etc. Personne n’a étudié ce qui arrive à une abeille qui ne pourrait pas donner avec précision ce genre d’informations, ou qui mettrait en danger la ruche et l’essaim par des actions imprudentes. Ce type d’organisation sociale du projet de survie d’une ruche nécessite une sorte d’autorité de régulation pour s’occuper des intrus. Les pirates informatiques ne sont pas les bienvenus.

Cette métaphore est mauvaise et il aurait été bien inspiré d’en utiliser une autre comme la psychologie du troupeau ou la psychologie des foules. En fait il aurait même pu être ironique avec une expression comme les moutons de Panurge empruntée au Pantagruel de Rabelais, lui-même l’empruntant à l’antiquité, Panurge signifiant en grec « celui qui peut tout faire ».

Au-delà, Jaron Lanier insiste sur le réductionnisme de cette idéologie des nuages. Elle force à l’anonymat et au pseudonymat, deux pratiques qui réduisent la simple humanité personnelle. Il souligne comment cette idéologie, cette technologie produit une contradiction totale qu’ils assument : « Ce sont les gens qui font le forum, pas le logiciel. Sans le logiciel, l’expérience n’existerait pas du tout. » (p. 72) Le forum est alors illusoire. Il dit que le logiciel est « défectueux ». Le fait est que tout le monde sait qu’il est défectueux dans son principe même d’exiger sous la forme d’un encouragement et d’une incitation à utiliser des personae et des avatars au lieu d’une identité et de photos réelles, et puis tout le monde fait avec ce logiciel, avec cette technologie. Et pourtant Jaron Lanier n’est pas tout à fait clair puisqu’il conseille de ne pas se concentrer sur le logiciel car alors on oublie la personne derrière ou la personne dans l’utilisateur du logiciel. Si le logiciel est mauvais, il faut s’en débarrasser. Mais on peut se demander si cet anonymat et ce pseudonymat ne sont pas en quelque sorte un élément positif. Pas pour la sécurité bien sûr, puisque l’IP d’un ordinateur peut être tracée en quelques secondes par n’importe quelle « autorité de sécurité », sans parler des pirates et des logiciels espions. Certaines personnes se plaignent qu’Internet permet à n’importe qui de dire n’importe quoi sans aucun contrôle. Quel est alors le problème ? L’Internet n’a pas pour objectif de dire uniquement la vérité, et qu’est-ce que la vérité ? Une chose décidée par le Parlement, le Congrès ou les Nations unies ? Certaines personnes considèrent que nous n’avons pas affaire à de vraies personnes puisqu’elles se cachent derrière des avatars. Et alors quoi ! Traiter les idées exprimées par ces avatars, s’ils expriment des idées, sinon les oublier. Jaron Lanier semble croire que cette psychologie des foules a été inventée par l’Internet et le web 2.0. Ce n’est certainement pas vrai. Nous connaissons tous des événements de type « panem et circenses » (pain et cirque) dans toutes les sociétés, à toutes les périodes historiques, y compris certains épisodes de guerre, pour satisfaire l’opinion publique et la demande populaire. Certains de ces événements de masse peuvent être très sinistres, comme la pendaison et l’écartèlement en Angleterre, la mort d’homosexuels dans de l’huile bouillante en France, l’empalement dans d’autres pays, et encore la décapitation à l’épée en Arabie Saoudite.

Il a raison lorsqu’il dit que le totalitarisme cybernétique a échoué sur le plan spirituel en fétichisant les objets et en chosifiant les personnes ; sur le plan comportemental en sous-évaluant les individus et en surévaluant la foule ; et sur le plan économique en mettant en danger l’économie de tous les types d’expression (musique, vidéos, photographie, texte, etc.) et en permettant des schémas financiers très risqués qui ne pouvaient pas être conçus auparavant. Ce nuage réduit la créativité des individus en effaçant toute donnée réelle circonstancielle, existentielle, expérientielle des produits Internet. La véritable créativité ne peut provenir que de l’environnement réel circonstanciel, existentiel et expérientiel d’un individu réel qui investit tout cet environnement dans sa créativité et dans sa création. Si l’internet et le web 2.0 réussissent dans cette voie, combien de temps le monde pourra-t-il vivre sans créativité ? Pourtant, je vais exprimer une certaine réserve sur cette vision extrême. Les véritables personnes créatives sont produites par leur contexte circonstanciel, existentiel, expérientiel. L’internet et le cloud peuvent faire partie de ce contexte mais ne peuvent pas l’effacer. Mozart aurait toujours été Mozart même s’il n’était pas mort dans la pauvreté : il aurait toujours composé sur son lit de mort, je suppose. Le nouveau point est que tous ceux dont la créativité est très limitée peuvent aujourd’hui “créer” et diffuser leurs “créations”, produisant ainsi une formidable inflation sur le marché culturel ou musical. Mais même si cela peut nuire à de nombreux créateurs professionnels de valeur, ceux-ci doivent trouver des moyens de protéger leur travail et de garantir leur survie. Cela s’appelle l’action syndicale ou la solidarité professionnelle. Je pense que la proportion d’artistes créateurs ne va pas diminuer à cause de cette technologie. Les pièces de théâtre dans les théâtres, les concerts dans les salles de concert, les films dans les cinémas, mais aussi les DVD de ces spectacles vivants multiplient leurs publics, le public direct en direct comme le public indirect à distance dans l’espace et le temps. Une réforme complète de la gestion de l’Internet est à penser et à réaliser, mais il n’y a aucune raison de croire que la créativité sera noyée dans les bêlements médiocres du troupeau des personnes nouvellement habilitées par l’Internet.

Jaron Lanier est conscient de cette dimension et il propose une approche humaniste de cette technologie du Cloud. La principale suggestion est de rendre tous les produits librement accessibles sur l’Internet, mais l’utilisateur ne paierait pas un tarif fixe, mais un tarif proportionnel à la quantité de bits que l’utilisateur aurait atteint quoi qu’il arrive, y compris les photos de son amour/petit ami. D’autre part, cet utilisateur recevrait un paiement pour tous les bits qui lui appartiennent et qui ont été atteints par d’autres personnes, y compris par son amoureux/amoureuse. Cette suggestion devrait être prise au sérieux, car la circulation des bits sur l’internet deviendrait alors un marché et la qualité serait au rendez-vous. Mais il ne faut pas oublier qu’avant Internet, et cela sera éternel, tout ce qui atteint la sphère publique de la diffusion n’est pas nécessairement bon et tout ce qui est bon n’atteint pas nécessairement la sphère publique de la diffusion. Des milliers de bons livres n’ont jamais été publiés et des milliers de bons Mozart n’ont jamais pu se produire ou se faire connaître du public. L’approche de Jaron Lanier nécessite toutefois une réflexion sur la manière dont une œuvre créative est produite, par qui, à quel prix et à quel coût, et comment cette production créative peut-elle être encouragée ? La subventionner, encourager sa diffusion rentable, créer des événements où les créateurs peuvent se confronter aux autres et à un public, y compris critique, et bien d’autres solutions sont à trouver. Personnellement, j’ai bien plus peur du poids des normes, des standards et des traditions dans les domaines professionnels que de la concurrence des meuglements du troupeau.

Il insiste sur un autre effet de la technologie informatique sur toute connaissance ou, disons, sur les données sémantiques. Elle les réduit en petits éléments afin de les numériser. Elle standardise les unités de base : les notes de musique ordinateurisées ne contiennent aucune variation floue ; elles sont pures, mais aucun instrument joué par un musicien ne produira jamais des notes pures. Si l’on considère que la signification de toute chose provient des variations que cette chose contient, un chien étant perçu différemment par chaque personne pensant à un chien, cette purification et cette simplification systématique de chaque élément traité numériquement produit une énorme perte de signification. Imaginez les quelque 25 façons qu’ont les Esquimaux de parler de la neige et les Égyptiens ou les Arabes de parler du sable ou du soleil. Ce broyage de tout en poudre de bits détruit l’architecture de l’objet original et sa hiérarchie interne : il vise à simuler un phénomène ou un objet mais une belle image de rose ne sent pas la rose : elle ne pique pas non plus. De plus, tout l’environnement particulier attaché à cet objet par la personne qui le porte est effacé et perdu.

C’est à ce moment-là que Jaron Lanier tente de faire face au langage et de le ramener dans sa conception de l’ordinateurisme. Il n’est pas linguiste et il se réfère à des gens qui ne le sont pas. Pour parvenir à sa propre version, il doit rejeter d’autres approches. Tout d’abord, la Singularité de Ray Kurzweil qui devient une religion séculaire nouvellement inventée :

« Ceux qui entrent dans le théâtre de l’ordinateurisme reçoivent toute la consolation mentale habituellement associée aux religions traditionnelles. Il s’agit notamment de consolations pour les aspirations métaphysiques, sous la forme de la course à l’ascension vers des états toujours plus “méta” ou supérieurs des représentations numériques, et même d’une eschatologie colorée, sous la forme de la Singularité. Et en effet, à travers la Singularité, un espoir de vie après la mort est accessible aux croyants les plus fervents. » (p. 178)

Il rejette de la même manière l’approche qui considère que la chose intérieure est la même chose que la chose extérieure qui soutient qu’un ordinateur avec des caractéristiques spécialisées est similaire à une personne, donc est une personne. Il rejette bien sûr l’approche de Turing puisqu’il s’agit essentiellement d’une tentative très similaire : une machine qui ne peut être différenciée d’une personne humaine dans ses réactions est aussi intelligente que cette personne humaine, et donc est une personne humaine.

C’est lorsqu’il propose une approche réaliste de l’informatique qu’il se perd dans le langage.

Il commence par Jim Bower et tente de comparer l’olfaction au langage. Il affirme que les deux fonctionnent « à partir d’entrées dans un catalogue et non à partir de modèles infiniment morphables » (p. 165). Il contredit cette affirmation pour le langage page 167 : « Seule une poignée d’espèces, dont les humains et certains oiseaux, peuvent émettre une variété énorme et toujours changeante de sons. » Bien sûr, il parle de sons et avant il parlait de mots. C’est justement là le problème. Les mots ont été phylogénétiquement produits à partir de sons. Il passe à côté des articulations du langage. Il contredit encore sa première affirmation page 190 : « Nous pouvons produire une grande variété de bruits bizarres par notre bouche, spontanément et aussi vite que nous le pensons. C’est pourquoi nous sommes capables d’utiliser le langage. » Il ne se demande pas pourquoi nous pouvons faire cela : quelle particularité physiologique nous permet de le faire ?

Il poursuit son parallèle avec l’olfaction et dit : « la grammaire du langage est avant tout une façon d’inscrire ces mots du dictionnaire dans un contexte plus large. Peut-être la grammaire du langage est-elle enracinée dans la grammaire des odeurs. » (p. 165) Il s’agit d’une affirmation peu prudente sur la syntaxe linguistique. Elle nie les différentes articulations qui construisent la hiérarchie du langage. Le langage ne peut pas vraiment être comparé aux odeurs. Une fois de plus, la grammaire du langage est une invention de l’homme et a été produite de toutes pièces par un processus phylogénique long et complexe, depuis les simples sons isolés jusqu’aux discours complexes.

Pour couronner le tout, il compare le syndrome de Gilles de la Tourette, par lequel un homme ou une femme produit de manière incontrôlée toutes sortes de jurons, au « système phéronomique [qui] détecte des odeurs fortes très spécifiques émises par d’autres animaux (généralement de la même espèce), généralement liées à la peur et à l’accouplement” (p. 165). Considérons d’abord le fait que tous les mammifères produisent la même hormone de la peur, ce qui explique qu’à l’état sauvage, la peur d’un homme peut être détectée par d’autres mammifères qui passeront à l’offensive parce qu’un animal qui a peur attaque, et puisque l’homme ici est détecté comme ayant peur donc comme allant attaquer, la meilleure défense est d’attaquer, donc l’animal sauvage attaquera. Quiconque a une certaine pratique de la jungle sait cela. N’ayez jamais peur dans une telle situation si vous voulez avoir une chance de survivre. Ensuite, je ne vois pas comment il peut comparer ces odeurs phéromonales, leur détection et les réactions qu’un mammifère peut avoir à leur égard à des jurons. Un patient atteint du syndrome de Gilles de la Tourette ne peut pas utiliser de gros mots qu’il n’aurait pas d’abord entendus, ensuite appris et enfin mémorisés. Les jurons ne sont pas instinctifs.

A ce stade, nous devons dire que Jaron Lanier est complètement à côté de la plaque en ce qui concerne le langage. Il ne tient pas compte de la phylogénie du langage vécue par Homo Sapiens dans des conditions concrètes ; il ne tient pas compte de la psychogenèse du langage vécue par un enfant qui l’apprend dans des conditions concrètes. Il ne connaît pas les articulations hiérarchiques du langage et les immenses variations d’une famille de langues à l’autre, et au sein de chaque famille de langues. Enfin il ne connaît pas la distinction entre la « langue » qui représente le potentiel expressif infini porté par le langage et le « discours » qui est la réalisation concrète d’une expression d’un sens dans des conditions réelles.

Et pourtant il brandit le concept essentiel pour aborder ces problèmes : la néoténie, le fait que les enfants humains naissent extrêmement immatures, prématurés, dépendants pendant une longue période de plusieurs années. Cela aurait donné à tous ses autres arguments une puissance qu’ils n’ont pas sans cette idée. Pourtant, il conclut correctement non pas comme la conclusion finale de tout le livre, mais comme la déduction concluante du concept final de néoténie évoqué à la fin du livre.

La loi de Moore (le taux de développement exponentiel du hardware informatique) devra accepter d’être ralentie, voire bloquée, par le taux de développement très lent des logiciels, le fait que la néoténie a un effet conservateur puisque les jeunes générations sont contraintes à une période de formation de plus en plus longue qui reproduit et ossifie les connaissances et le savoir-faire antérieurs. La néoténie culturelle est encore plus drastique puisqu’elle conduit à la Poétique de la rêverie de Bachelard, largement galvaudée ici puisque Bachelard est d’une époque où ces techniques modernes n’existaient pas, où l’espérance de vie était très limitée et où l’éducation était réservée à une élite mais l’idée générale est correcte : « Le bien comprend une imagination numineuse, une espérance sans bornes, de l’innocence et de la douceur. » (p. 183). Mais d’un autre côté, l’enfance peut aussi produire ce que Jaron Lanier identifie au roman Lord of the Flies de William Golding : « Le mauvais est plus évident, et comprend les brimades, l’irritabilité vorace et l’égoïsme. » (p. 183) Sa conclusion est pour une fois réaliste : « Le net fournit de copieux exemples des deux aspects de la néoténie. » (p. 183) Cette dichotomie constante, et en fait nous devrions voir plus de deux côtés, sur Internet, on a la possibilité d’un espace qui puisse être le lieu où diverses approches seront confrontées, et se confronteront les unes aux autres, donc un espace qui sera une sorte de marché, le marché de la communication globale.

S’il a raison au sujet de l’enfance et de la jeunesse, nous ferions mieux de commencer à penser à l’éducation et à intégrer l’Internet et le Cloud dans nos efforts d’éducation systématique ; non pas pour moraliser, non pas pour diaboliser, non pas pour préconiser l’Internet mais pour apprendre aux enfants comment l’utiliser à leur propre avantage selon leurs propres motivations, pas celles des enseignants. Il a bien raison quand il dit : « Notre arme secrète, c’est l’enfance. » (p. 188) Pourquoi diable n’a-t-il pas commencé par là et considéré la phylogénie d’Homo Sapiens et la psychogenèse de tous les enfants.

Je passerai sur sa « communication post-symbolique ; » Homo Sapiens a commencé sur la voie de l’humanité en développant son pouvoir symbolique et, entre autres, en l’utilisant pour inventer le langage à partir de ses multiples sons par un simple processus de discrimination des éléments, en les identifiant, y compris par des mots, et en les classant en concepts et en classes conceptuelles. Homo Sapiens ne pouvait reconnaître un élément que s’il l’avait déjà rencontré, discriminé, identifié et classé, sinon Homo Sapiens devait tout recommencer pour l’élément qu’il ne connaissait pas.

Si par hasard Homo Sapiens dépassait ce pouvoir symbolique et le perdait, il perdrait tout, y compris toutes ses connaissances construites avec le langage. Si Jaron Lanier veut dire que l’homme va atteindre un niveau supérieur de pouvoir symbolique, je suis entièrement d’accord. Les machines développées aujourd’hui par l’élite scientifique et technique mondiale vont être utilisées par tous dès leur naissance, et même avant leur naissance, ce qui augmentera énormément leur intelligence. L’intelligence accrue de la population mondiale signifiera également une intelligence accrue de l’élite du monde. L’élite ne fait que refléter le niveau des masses qui l’entourent.

Mais Jaron Lanier oublie qu’Homo Sapiens est toujours une espèce animale qui subit des mutations. Le fait est qu’il n’y a plus de sélection naturelle parmi les humains. Tous ceux qui sont différents sont considérés comme handicapés ou dangereux et sont mis à l’écart ou éloignés. Il est grand temps de commencer à changer notre vision et de considérer le potentiel de ceux qui sont différents. Les enfants autistes atteints du syndrome d’Asperger, par exemple, semblent avoir de grandes possibilités, entre autres en matière de langues. Daniel Tammet est un exemple d’un Asperger Savant qui a réussi dans les langues étrangères. Il est urgent de considérer que l’enfance est notre arme secrète et de faire un réel effort pour dépister ces nouvelles personnes différentes et les aider à découvrir leurs réelles capacités et à les développer au mieux. En ce moment, nous risquons de rejeter ceux qui représentent l’avenir de notre espèce, et non ceux qui la détruisent, ceux qui porteront notre intellect et notre intelligence à un point jamais atteint et feront naître des machines encore meilleures au service de l’humanité.

Dr. Jacques COULARDEAU

JARON LANIER

INSTRUMENTS OF CHANGE — 1994

Everyone should be amazed by Jaron Lanier leaving his dream of Virtual Reality that some consider a daydream, other a utopian miracle, and some more a long-longed-for utopian dream for a dystopian world. So here he is in his music. And the first impression is that it is a shame the pieces are only three minutes long, rarely more and not much more anyway.

These small pieces bring up each time one or two instruments that we cannot even name, most of them, exotic to the utmost, and we have to get accustomed to these sonorities, and their harmonics. It is trans-tonal music since these various voices, the voices of these instruments speak to us a sonic foreign language. But with a little practice, we accept this palette of sounds that are from outer space most of them.

Then we have to consider the use of these sonorities, and we are then in a world that is not far from our daily world. We do recognize the tempos and the rhythmic patterns, nothing new under the sunny conductor’s baton, even if there is no real conductor nor any real baton. Sunny it is, nevertheless. No deafening rhythm, no disquieting irregularities, nothing to disjoint are ears from our brain. Some variations at times are surprising, but nothing to call for direct intervention on the remote control and zap it off. In fact, the rhythm is very classical in amplified music and concrete music, with maybe dual crossing between amplified sound and noise music.

But something is a lot more creative and even disturbing. Jaron Lanier seems to go — naturally? — to harmonics that are oriental in many ways, oriental like the Middle East, or even Oriental like Extreme Orient. It sounds like some classic Arabian music intertwined with Chinese or Korean or Japanese music. That might be the result of some instruments, but I think it is most of the time the result of Jaron Lanier’s choice. And then when in such an exotic outlandish music an instrument that sounds so much like a normal keyboard that becomes disruptive in the surrounding background it is incrusted in, we do feel some emotion, maybe some empathy with a world we can only imagine between the notes.

That’s when you just let go and just enjoy the music as what it becomes to you then: some sound universe in which you have to get lost, to dive never to come back, and yet the pieces are so short that you are forced to land somewhere every so few minutes. Those instruments and these musical styles deserve more than a “music-hall” treatment in three-minute tracks, but in the consciousness of the people today who are completely invested in screens, tied up to screens, attached and addicted to screens, the sound has to change every short little and small track and the conception of a symphony for these people is the music track of a film, if not a TV series. But the title of the CD then is some sort of lie because these instruments do not bring change. They only disorient our sound consciousness for some moments of perdition in transference from here to there, though we do not know where this “there” is.

Jaron Lanier should learn how to compose a real 90-minute symphony with his whole menagerie of collected instruments who are, every single one, orphans that have not been introduced to the family they are. They all are estranged instrumental cousins that cry out for a real natural haven where they could all be together and give us all they can produce. I hear them crying for company, for community, for conjunction instead of this music-hall-like isolation: play your little trick and then go back into your cage or box. There is so much more to make with this jungle of disrupting animals.

Dr. Jacques COULARDEAU

Version Française

Tout le monde devrait être émerveillé par Jaron Lanier abandonnant son rêve de Réalité Virtuelle que certains considèrent comme un château en Espagne, d’autres comme un miracle utopique, et d’autres encore comme un rêve utopique longtemps attendu dans un monde dystopique. Le voici donc dans sa musique. Et la première impression est qu’il est dommage que les pièces ne durent que trois minutes, rarement plus et pas beaucoup plus d’ailleurs.

Ces petites pièces font surgir à chaque fois un ou deux instruments que l’on ne peut même pas nommer, pour la plupart, exotiques qu’ils sont au possible, et il faut s’habituer à ces sonorités, et à leurs harmoniques. C’est une musique trans-tonale puisque ces différentes voix, les voix de ces instruments nous parlent une langue sonore étrangère. Mais avec un peu de pratique, nous acceptons cette palette de sons qui viennent de l’espace pour la plupart.

Il faut ensuite envisager l’utilisation de ces sonorités, et nous sommes alors pris dans un monde qui n’est pas loin de notre univers quotidien. Nous reconnaissons les tempos et les motifs rythmiques, rien de nouveau sous la baguette ensoleillée du chef d’orchestre, même s’il n’y a pas de vrai chef d’orchestre ni de vraie baguette. Ensoleillée, elle l’est néanmoins. Pas de rythme assourdissant, pas d’irrégularités inquiétantes, rien pour disjoindre nos oreilles de notre cerveau. Quelques variations sont parfois surprenantes, mais rien qui n’appelle une intervention directe sur la télécommande pour zapper. En fait, le rythme est très classique dans la musique amplifiée et la musique concrète, avec peut-être un va-et-vient croisé entre le son amplifié et la musique bruitiste.

Mais quelque chose est beaucoup plus créatif et même inquiétant. Jaron Lanier semble aller — naturellement ? — vers des harmoniques qui sont orientales à bien des égards, orientales comme le Moyen-Orient, ou même orientales comme l’Extrême-Orient. Cela ressemble à de la musique arabe classique entremêlée de musique chinoise, coréenne ou japonaise. C’est peut-être le résultat de certains instruments, mais je pense que c’est la plupart du temps le résultat du choix de Jaron Lanier. Et puis, lorsque dans une musique aussi exotique et farfelue, un instrument qui ressemble tellement à un clavier normal devient perturbateur dans le contexte dans lequel il est incrusté, nous ressentons une certaine émotion, peut-être une certaine empathie avec un monde que nous ne pouvons qu’imaginer entre les notes.

C’est à ce moment-là que l’on se laisse aller et que l’on apprécie la musique comme ce qu’elle devient alors pour nous : un univers sonore dans lequel il faut se perdre, plonger pour ne jamais revenir, et pourtant les morceaux sont si courts que l’on est obligé d’atterrir quelque part toutes les quelques minutes. Ces instruments et ces styles musicaux méritent plus qu’un traitement “music-hall” en morceaux de trois minutes, mais dans la conscience des gens d’aujourd’hui qui sont complètement investis dans les écrans, attachés aux écrans, pieds et poings liés et dépendants des écrans, le son doit changer à chaque petit minuscule morceau et la conception d’une symphonie pour ces gens est la bande musicale d’un film, sinon d’une série télévisée. Mais le titre du CD est alors une sorte de mensonge car ces instruments n’apportent pas de changement. Ils ne font que désorienter notre conscience sonore pour quelques instants de perdition dans le transfert d’ici à là, bien que nous ne sachions pas où se trouve ce “là-là”.

Jaron Lanier devrait apprendre à composer une vraie symphonie de 90 minutes avec toute sa ménagerie d’instruments collectés qui sont, tous, des orphelins qui n’ont pas été présentés à la famille qu’ils constituent. Ce sont tous des cousins instrumentaux éloignés qui réclament un véritable havre naturel où ils pourraient être tous ensemble et nous donner tout ce qu’ils peuvent produire. Je les entends réclamer de la compagnie, une communauté, une conjonction au lieu de cet isolement digne d’un Crazy Horse ou d’un Moulin Rouge : jouez votre petit tour et retournez ensuite dans votre cage ou votre boîte. Il y aurait tant à faire avec cette jungle d’animaux mentalement migrateurs.

Dr Jacques COULARDEAU

AI/ML

Trending AI/ML Article Identified & Digested via Granola by Ramsey Elbasheer; a Machine-Driven RSS Bot

%d bloggers like this: